Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Guy Garnier

La main s'est tue
Tendrement s'est posée
Sur la joue
Les doigts noueux
Légèrement écartés 
L'air vacille
Comme
Au-dessus de la dune
Où es-tu
Panses-tu la vérité
Egratignée
Lors d'une balle au prisonnier
Caresses-tu cet amour
Ecarté de tes doigts
Par la nouvelle prétendante
Colores-tu les volets
De la maison en bleu
Comme tu voulais
Si bien le faire
Serres-tu le cou
De cet ennemi juré
Qui laboure tes terres
Ou bien
Penses-tu les lendemains
Qui te bloquent les hanches
Et creusent des sillons
Sous tes yeux agrandis
Où es-tu

 

GG ©

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article