Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Il n'y a plus rien autour Et le parc se vide On dirait qu'ils sont là Comme mémoire du temps A guetter sur les lèvres La moindre perle acide Bien vite ravalée Pour la soustraire au vent Ils font de la seconde Des montagnes enceintes La faim dans les cerveaux...

Je connais tes mots Et ne te connais pas Ou peu Ou prou Tu danses avec le vent Chantes dans mon sang La virgule t’accélère Le point stoppe ton élan Suspension Interrogation Un accent Qui circonflexe Une parenthèse rondouillarde Qui enfle encore et encore...

Ma belle Elle est complètement quantique Quand ses grains de matière Roulent sous mes doigts Et que ses ondes en répliques Par les fentes de l'âme Rencontrent mes émois GG ©

Au ventre de la mer Je m'enroule parfois La vague qui se noie Eteint le sable amer L'algue devient cordon Et marie sang et sons Quelque temps encore Et naître de l'embryon GG ©

Au ventre de la mer Je m'enroule parfois La vague qui se noie Eteint le sable amer L'algue devient cordon Et marie sang et sons Quelque temps encore Et naître de l'embryon GG ©

Des poussières Qui s'envolent Vers un tout Vers un rien Objets Photos Qui piquent La mémoire Un feu de paille Bref Intense Glissement Dans un jeu De miroirs Du tiroir tiré S'échappent Pleurs Et joies Un tiroir refermé Doucement Tendrement Pas complètement...

Il se courbe On le comprime Il suffoque On le transperce Il est de trop On le matraque La bouche s'ouvre On la bâillonne Un bras se lève On le rabat Et toujours Cette mémoire de forme Qui remet L'homme debout GG ©

Les lions sont dans l'arène Et le clown s'ennuie La perle sous l'œil gris Ravine les jours de peine Jusqu'au fleuve qui s'enfuit Encore quelques minutes Pour fendre la lumière Etre l'oiseau Etre la fleur Accompagner l'écume Sur le sable assoiffé Passer...

Je comprends un peu mieux Bien des siècles plus tard Ce que disait la larme Assise au coin de l'œil Qui soudain se levait Pour dévaler la pente Cette larme salée Qui freinait brusquement Et caressait l'aile du nez Pour finir mourante Sur une lèvre apeurée...

Elle seule sait me donner Ce petit moment d'après Qui se mêle à l'automne Quand l'été carbonise Toi seule sait me chanter Les notes hors de portée Du masque qui chiffonne Les ornières d'une crise Elle seule peut saupoudrer Les poussières de demain Pour...

Il a tant fait le temps Pour nous deux mon amour Des champs emplis de fleurs Sous le ciel rouge du soir Des brassées de désirs Et de fous moments d'espoir Des barbecues de chair Sous le soleil d'Espagne Des promesses du soir Des rues hurlant la hargne...

1 2 3 > >>